bibliotheque-lespace-du-festival-des-mots

 

L'article de la semaine

Freud dans tous ses états...

Freud dans tous ses états...

Très jeune, Sigmund Freud affirme son ambition. Au cours des années, sa curiosité le conduit d’une spécification professionnelle à l’autre, jusqu’à devenir le père de la psychanalyse. L’oeuvre de cet infatigable travailleur, somme essentielle de travaux, inaugure une nouvelle approche de l’être humain qui intègre la dimension inconsciente à la dimension consciente. Humble, Freud dira laisser « un rail ». À charge de chacun de l’investir à sa manière propre...

Sigismund Schlomo Freud naît le 6 mai 1856 à Frieberg, petite ville de Moravie. Il est l’aîné des enfants d’Amalia et de Jakob Freud ; celle-ci, troisième épouse de Jakob qui a eu deux fils d’un premier mariage, est de vingt ans sa cadette. La mère de Sigmund (Freud modifiera son prénom de Sigismund en Sigmund quand il aura vingt-deux ans) a l’âge de Philippe, deuxième des fils de Jakob. Sigmund et son neveu, qu’un an d’écart sépare à peine, seront les meilleurs amis d’enfance qui soient. Mais alors que Sigmund n’a pas deux ans, Julius, son frère cadet, décède à l’âge de huit mois. Ainsi, des sentiments que Sigmund avait nourris quant à son petit frère et de ce deuil procéderont, par la suite, de nombreux travaux psychanalytiques sur la place de l’enfant mort dans la fratrie. Amalia et Jakob auront encore cinq filles et un garçon ; ils donneront à leurs enfants une éducation juive non traditionaliste. Sigmund a donc deux demi-frères, un frère décédé, cinq soeurs et un autre frère, le plus jeune de la fratrie. Cette constellation familiale n’est pas sans rappeler la structure de ce qu’il est d’usage d’appeler, de nos jours, la famille recomposée.

Le roman familial
En difficulté dans sa profession, le père de Sigmund, marchand de laine et de textiles, décide de quitter Frieberg pour Leipzig puis Vienne ; Sigmund a quatre ans. Toujours premier pendant ses six premières années de lycée, Freud y noue des amitiés de jeunesse au profond impact. Elles l’ouvrent à la philosophie, passion présente en filigrane dans toute son oeuvre. Il correspondra assidûment avec Eduard Silberstein, premier des très nombreux correspondants qu’il gardera tout au long de sa vie. Au cours de vacances que tous deux partagent, Freud s’éprend de Gisella Fluss à laquelle il tait pourtant cet attachement. Après s’être interrogé, il comprend que celle qu’il a aimée n’est pas Gisella mais la mère de celle-ci, qu’il admire. Ne s’autorisant pas cet amour, Freud a donc déplacé ce sentiment sur la fille de cette dernière, c’est-à-dire qu’il l’a transféré. Mais cet épisode amoureux n’aurait sans aucun doute pas pu voir le jour si le père de Gisella, comme celui de Sigmund, ait été lui aussi commerçant dans le textile. Or, le père de Gisella n’a pas eu à quitter Frieberg ; il a trouvé sur place les moyens pour surmonter les obstacles que connaissait sa profession à l’époque. Sigmund, quant à lui, a beaucoup souffert de ce départ. Le roman familial, ainsi nommé par la suite par Freud et Otto Rank, prenait donc corps: dans le fantasme, le sujet y fait sienne une famille autre que celle dont il est issu.

Un voyage à Paris décisif…
Étudiant, Freud hésite entre le droit et la philosophie pour, finalement, à la suite d’une lecture, opter pour la médecine. En 1873, il s’inscrit à l’université de Vienne. Son père, bien qu’il eût préféré le voir prendre sa suite dans le commerce et malgré les difficultés financières toujours présentes, accepte ce choix. Par la suite, Sigmund obtient une bourse d’études pour se rendre à l’université de Trieste. Ses travaux en zoologie, sur les anguilles mâles des rivières, seront publiés en 1877. Pourtant, ni son professeur d’alors, Carl Claus, disciple de Charles Darwin, ni Freud, ne supposent la portée de ces hypothèses que des expériences postérieures confirmeront. Freud, qui nourrit le voeu d’apporter quelque chose, durant sa vie, à la connaissance de l’humanité, s’oriente ensuite vers la physiologie au sein de l’institut fondé par E. W. Von Brücke. Cet homme, médecin et physiologiste, occupe une place considérable dans la vie du jeune adulte qu’est Sigmund alors. Il y travaille à de la recherche théorique. Une fois obtenu son diplôme de médecin en 1882, Freud se fiance avec Martha Bernays, cependant que celui-ci se heurtait à des problèmes pécuniaires... Il entre alors dans le service psychiatrique du Professeur Meynert pour y pratiquer la neurologie. Pour autant poursuit-il des recherches scientifiques. Il découvre les propriétés analgésiques de la cocaïne mais reste dans l’ombre. C’est à K. Koller que reviendra la reconnaissance pour avoir publié sur l’action anesthésiante de la cocaïne. Freud avait attendu de ces travaux une notoriété dans le milieu médical ; il est profondément déçu. Malgré ce, soutenu par E. Von Brücke et deux de ses professeurs du moment, il sera nommé en 1885 Maître de conférences (Privatdozent) à l’université de Vienne. Ce poste vient en partie combler la déception qu’il a pu ressentir. Freud obtient une bourse pour la deuxième fois de sa vie. Son voyage, décisif, l’amène à Paris cette même année. Il y fait un stage, à la Salpêtrière, auprès du neurologue français Jean-Martin Charcot dont Freud dira toute l’admiration qu’il lui porte. Il observe ainsi l’hystérie que Charcot cherchait à décrire dans une démarche toute rationnelle.

La talking cure

De retour à Vienne, Freud ne peut, avec les moyens financiers dont il dispose alors, subvenir aux besoins d’une famille. Or, il désire se marier. N’obtenant pas de promotion à l’Institut de Physiologie, il décide d’ouvrir un cabinet médical, ce qu’il fait le dimanche de Pâques de l’année 1886, année où il se marie avec Martha. Ils ont six enfants dont deux garçons à qui Freud donne les prénoms de ces deux pères spirituels, Brücke et Charcot, Ernst et (Jean) Martin. Une de leurs quatre filles, Anna, sera psychanalyste et laissera des travaux majeurs sur l’identification à l’agresseur. Installé au 19 Berggasse, Freud se consacre dès ce moment à ses malades. Il pratique les méthodes thérapeutiques employées alors, comme l’électrothérapie, l’hypnose et la suggestion. Méthodes qui ne le satisferont pas in fine. Il les abandonnera, de fait, au profit de la méthode des associations libres. Quelques années auparavant, il a rencontré Josef Breuer à l’Institut de Physiologie, médecin et auteur de la méthode cathartique. Ensemble, ils rédigeront le livre considéré comme premier dans l’histoire de la psychanalyse : « Études sur l’hystérie » ; il est publié dans sa première version en 1895. Anna O., patiente hystérique dont l’observation est présentée dans cet ouvrage, emploiera l’expression devenue si célèbre de talking cure.

Fantasme et réalité psychique
Freud, ensuite, élabore la théorie de la séduction par laquelle il rend compte du traumatisme laissé par une séduction traumatisante subie par un enfant dans sa prime enfance. Toute névrose aurait été conséquence d’un trauma réel. Pourtant, Freud dans une lettre à son ami Fliess, le 21 septembre 1897, lui confie : Je ne crois plus à ma « neurotica ». Ce pas fut fondamental pour la psychanalyse. Freud élabore alors la notion de fantasme et de réalité psychique. Les travaux freudiens, tout au long des années, porteront sur l’origine des manifestations hystériques, les mécanismes de refoulement, de fixation, de régression, la formation des symptômes, le rêve, la névrose d’angoisse, la neurasthénie, la névrose obsessionnelle, le narcissisme, l’autoérotisme, les stades, le choix d’objet... Liste non exhaustive, loin s’en faut, on s’en doute ! L’inventeur de la psychanalyse se consacre désormais entièrement à théoriser le fonctionnement de l’appareil psychique, cependant que dans la Vienne de la fin du XIXème siècle, porter le flambeau de la psychanalyse n’est pas chose facile. Freud rencontre beaucoup de résistances au sein même du milieu médical. Il maintient pourtant que deux forces qui s’opposent génèrent le conflit et que ce qui ne peut être toléré au conscient, du fait de sa nature psychosexuelle, subit un refoulement. Cette découverte sur la sexualité infantile provoque autour de lui un véritable tollé. Il persiste. Bien qu’elles soient refoulées, ces motions de la libido oeuvrent à l’inconscient et trouveront à s’exprimer après avoir subi des transformations dues à la censure inconsciente ; ces modifications prendront la forme du déplacement ou de la condensation, mécanismes actifs dans le rêve comme dans la formation du symptôme. Ainsi s’explique la différence entre contenu manifeste et contenu latent. Que ce soit par conversion somatique ou par substitution, le refoulé cherche toujours à s’exprimer. La catharsis ne peut rendre compte d’un tel processus. Dès lors, il s’agit par la psychanalyse de déchiffrer comment le refoulement a entraîné le symptôme. Ainsi l’affect lié à cette souffrance pourra être abréagi. Freud prend donc en compte l’anamnèse de son patient.

Complexe d’OEdipe et transfert
Mais un autre des pans si essentiels de la théorisation freudienne ne peut être passé sous silence. Qui n’a entendu parler du complexe d’OEdipe ? Un an après la mort de son père, Freud, remarquable épistolier, en donne la première formulation dans une lettre à W. Fliess du 15 octobre 1897 : J’ai trouvé en moi, comme partout ailleurs, des sentiments d’amour envers ma mère et de jalousie envers mon père, sentiments qui sont, je pense, communs à tous les jeunes enfants... L’OEdipe, étape de la psychogenèse, par la dissolution du lien incestueux qu’elle amène en principe (ce qui parfois ou souvent résiste) est donc rencontre avec la Loi. Mais Freud découvre le transfert. Anna O., là encore, joue un rôle important ; elle manifeste à l’égard de Breuer un transfert amoureux qui gêne celui-ci. Freud identifie alors la relation transférentielle. Positif ou négatif, ce lien entre patient et analyste est le moteur de la cure analytique. Par le transfert dont il n’est pas conscient, le patient répète à son insu une relation affective de sa propre histoire qu’il a refoulée. C’est par le travail de la cure et de l’interprétation que ce transfert est amené à la conscience. Il peut ainsi être désinvesti.

La psychanalyse appliquée
Après une première topique en 1900, mode théorique de représentation du fonctionnement psychique où il caractérise l’inconscient, la perception/conscience et le préconscient, Freud, en 1920 dans une deuxième topique y ajoutera le ça, le surmoi et le moi. Ce qui peut, au conscient, paraître inconcevable dans l’économie du sujet ne relève en rien d’un quelconque hasard du fait de la structuration de l’inconscient. Nos actes manqués, nos lapsus, pour surprenants qu’ils soient, sont tous le fruit d’une intention inconsciente que le sujet aura tenté de ne pas laisser affleurer à la conscience ; ils sont un compromis par lequel, malgré tout, le désir s’exprime bien que codé. L’acte manqué a donc un sens mais le sujet ne veut, au conscient, rien savoir de ce désir. Or, qui dans son quotidien n’aura pas été, un jour ou l’autre, soumis à un simple lapsus, par exemple ? La psychanalyse s’applique ainsi à d’autres champs que la cure seule. De fait, Freud ne cantonne pas son étude de l’inconscient à la seule pathologie ; l’inconscient agit et est agi dans la vie quotidienne aussi. La méthode psychanalytique peut intéresser et investir l’oeuvre d’art, la religion ou toute autre réalisation humaine. Les Essais de psychanalyse appliquée, articles de Freud traduits en français par Marie Bonaparte en 1933, témoignent de cette conception. En son temps, la même Marie Bonaparte joue le rôle si précieux que l’on sait puisque c’est grâce à elle que Freud et certains de ses proches peuvent quitter Vienne en 1938, pour se réfugier en Angleterre.

Une médiation unique et précieuse
Freud qui poursuit sa tâche dans d’autres directions, comme celle de son autoanalyse, est aussi à l’origine de la Société du mercredi au sein de laquelle se réunissent les premiers émules de la psychanalyse. Après les pionniers viennois, la doctrine freudienne va essaimer dans de nombreux pays dont, entre autres, l’Angleterre à l’école si créative. À la fois à l’origine et au carrefour de multiples et fructueuses rencontres et relations de travail, celui qui théorise la psychanalyse, avec constance et persévérance, n’a de cesse de construire son oeuvre. Il publie des oeuvres majeures jusque dans les toutes dernières années de sa vie. Ainsi et malgré un terrible cancer de la mâchoire qui l’emporte le 23 septembre 1939 après l’avoir fait souffrir des années durant, Freud ne cesse de lutter inlassablement au nom de la psychanalyse pour que celle-ci se transmette comme une médiation singulière, unique et précieuse, au service de l’individu dans tous ses états...


Marie Laffont

 

Signes & sens, le site créé pour les femmes et les hommes respectueux de l'écologie relationnelle et environnementale...


Signes & sens Web
Articles : Psycho | Développement personnel | Santé / Forme | Sport & loisirs | Médecines douces | Bio | Cuisine | Beauté / Bien-être | Parapsychologie | Jeux / Psy-tests | Psychobiographies | Interviews | Bulletins d'humeur | Espaces : Psycho - Être - Confiance en soi | Parents - S'entendre - Relations positives |  Coaching - Se réaliser - Maîtrise de soi | Zen - Se régénérer - Beauté intérieure | Amour - S'aimer - Couple et intimité | Foi - Être croyant - Engagements | Astro - Prédire - Ésotérisme - Horoscope | Création - Créer - Expression artistique | Détente - Se libérer - Vitalité du corps et de l'esprit | Beauté - (Se) séduire - Bonheur d'être soi | Minceur - S'alléger - Changement harmonieux | Forme/Santé - Se ressourcer - Douceur de vivre | Habitat - (Se) préserver - Confort intelligent | Bio - Vivre sain - Respect de soi et des autres |  Spécialistes : Psychothérapies - Psychologie - Psychanalyse | Bien-être et santé - Vitalité - Bio | Parapsychologie - Spiritualités vivantes - Thérapies alternatives | Développement personnel - Coaching | Stages et Formations | Jeux-test - Bilans psychologiques gratuits | Conférences Psy Audio gratuites - MP3 | Astuces pratiques maison | Conseils Doctophyto | Ne déprimez plus | Nos prénoms nous parlent | Phrases positives de réussite | Foire aux questions Parapsy | Mes bonnes résolutions | Signes & sens Vie Pratique | Vos envies ont leur solution | Magazines gratuits en ligne | Shopping

Signes & sens Pratique

Service Publicité

Signes & sens Mémo
Signes & sens magazine - 17 Boulevard Champfleury - 84000 Avignon - Tél : 04 90 23 51 45



Mentions légales  Psychanalysemagazine.com ©